L'apprentissage d'une langue:
difficultés
 et bonnes méthodes

 

On apprend l'essentiel pour pouvoir parler en écoutant ou en lisant des choses qui nous intéressent vraiment. Les études le démontrent. Cependant, il ne suffit pas toujours de regarder Netflix pour avancer. Heureusement, une approche appropriée vous permettra de dépasser vos limites actuelles.

 

 

Quand on est débutant, on ne comprend pas assez pour s'intéresser à ce qu'on écoute ou ce qu'on lit. L'acquisition du minimum nécessaire semble hors de portée, pénible et lente. Souvent, à ce stade, les éducateurs sont perdus. Ils abordent des thèmes comme les couleurs, les animaux, le verbe être, etc. Vous avez besoin d'une approche bien plus rapide et stimulante.

Chez SpeakImpact, les débutants sont notre spécialité. A l'aide d'illustrations ou de vidéos, nous créons un contexte riche et stimulant. Nous y ajoutons des jeux qui se rapportent exactement à l'histoire. L'interaction avec le professeur est fondamentale. Elle vous permet de suivre l'histoire tout en apprenant l'anglais. Vous n'aurez jamais l'impression de faire du sur place ou de ʺdevoir passer par làʺ.

boring tv bubble.jpg

Au niveau débutant, l'acquisition du minimum nécessaire pour comprendre semble hors de portée.

Difficulté 2 : Comment parler et avec qui  ?

merde comment on dit.jpg

Quand vient le temps de s'exprimer, tout le monde remarque que comprendre la langue ne suffit pas.

Vous n'êtes pas né en milieu anglophone et vos amis ne sont probablement pas anglophones. 

 

Vos cours d'anglais doivent donc donner un rendement maximum.

Oublions les cours où vous n'avez pas quelque chose de précis à dire. Vous n'êtes pas là pour dire ce que vous savez, mais apprendre à dire ce que vous ne savez pas.

Le meilleur exercice que vous puissiez faire, c'est de décrire ce qui se passe dans une série d'illustrations qui se rapportent à vous, vos loisirs, votre travail.

SpeakIMPACT vous fournit cette pédagogie adaptée. De plus, nous identifions vos erreurs ou faiblesses récurrentes pour vous les faire retravailler afin de créer de nouveaux réflexes.

Difficulté  1 : Démarrer pour le débutant

En société, on cherche un peu toujours à bien paraître. Ce n'est pas toujours la stratégie idéale pour apprendre une langue.

 

Chez SpeakIMPACT, la vérité sort. Nos images vous font aller au devant des difficultés. Ainsi, vous maximiser vos progrès.

En plus, nous savons ce que vous cherchez à dire, puisque le professeur regarde la même illustration que vous. Pas d'angoisse inutile, pas de temps mort embarrassant. Vous ne trouvez pas les mots ? BOUM ! Voici comment ça se dit !

social phobia.jpg

Certaines personnes bénéficieront davantage d'un cours privé si elles se sentent plus à l'aise.

Difficulté 3 : La gêne et la timidité

Difficulté 4: Comment pensez en anglais (et éviter de traduire)

getting on subway.jpg

Si tout était aussi simple que de passer de chien à dog, tout serait parfait. Malheureusement, c'est plus compliqué. La traduction entraîne l'apprenant à coller les mots de sa langue maternelle sur ceux de la langue cible. C'est souvent contre-productif.

Traduire dans sa tête vaut sans doute mieux que ne pas parler anglais, mais ça ne permet pas à la plupart des gens de s'exprimer spontanément. Aussi, est-elle largement discréditée par les experts.

Chez SpeakImpact, nous croyons que la meilleure façon de vous apprendre à parler anglais, c'est de passer directement d'une illustration (ou d'une vidéo) à l'anglais. La capacité du professeur à générer des explications claires et brèves est tout aussi importante.

La traduction contraint plus qu'elle ne libère la parole. Mieux vaut s'exprimer directement à partir de ses idées.